A la découverte des musées

Culturel à Troyes
2.3 km
Pédestre
2h
Facile
  • Les musées de Troyes, à l'image d'une ville entre tradition et modernité...

    Ce circuit vous permet de visiter les musées de la ville de Troyes, pour un parcours pédestre culturel et enrichissant !

    Toute l'année, l'Office de Tourisme organise des visites commentées de la ville et de ses musées pour les groupes, mais aussi pour les familles pendant l'été
  • Dénivelé
    23.55 m
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
Points d'intérêt
1 La Cité du Vitrail
La Cité du vitrail se situe au cœur de Troyes, capitale historique de la Champagne. Elle est installée dans l’enceinte de l’Hôtel-Dieu-le-Comte, remarquable ensemble XVIIIe où elle est appelée à se développer. La Cité du vitrail s’inscrit sur un itinéraire naturel entre la cathédrale et la basilique Saint-Urbain, aux prestigieux vitraux. L’ancienne « grange » qu’elle occupe a été entièrement restaurée par le Conseil général de l’Aube en 2013. La Cité du vitrail achève ainsi la métamorphose d’un quartier très prisé des touristes, le long des quais du canal de la Haute-Seine. Dans la « grange » XVIIIe, l’exposition permanente : dix siècles de vitrail à hauteur de regard…: Alors que le vitrail est parfois difficile d’accès, ici, tout est à hauteur de regard. Pour la première fois, il est possible d’appréhender "de près" les mutations stylistiques du Moyen Âge à nos jours. Sur 150 m², sont présentés une vingtaine de vitraux du Moyen Âge au XXIe siècle. Parmi eux, figurent des pièces monumentales telles l’Arbre de Jessé de Laines-aux-Bois (Aube) : un vitrail de 3,50 m x 2 m, représentatif de la riche production locale du Beau XVIe siècle. Ces œuvres originales seront régulièrement renouvelées au fil des prêts. Leurs propriétaires sont très divers : État, ville de Troyes, autres communes de l'Aube, Société académique de l’Aube, particuliers, etc. Le vitrail de l’Aube en Champagne est largement représenté, aux côtés d’œuvres d’autres départements et régions. De même, le vitrail civil affirme sa présence aux côtés de l’important patrimoine religieux. Sobre et légère, la scénographie laisse toute leur place aux œuvres, à la lumière et à la couleur. Susciter l’émotion esthétique est la priorité – l’objectif étant aussi d’éveiller la curiosité et d’élargir les connaissances sur cet art peu connu du vitrail. Côtoyant des documents d’archives, les nouvelles technologies (bornes interactives, projections…) facilitent l’accès au savoir. Dans l’Espace découverte, sous la chapelle : un voyage interactif dans le temps et les chefs-d’œuvre… : À deux pas de la « grange », la chapelle basse de l’Hôtel-Dieu-le-Comte abrite un espace de découverte pour tous – et pas seulement pour les scolaires. Ses murs voûtés accueillent une frise interactive qui offre un voyage dans le temps et parmi les chefs-d’œuvre. Cet outil inédit a été conçu par des étudiants en Master II multimédia de l’Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne dirigés par Line David. À partir d’un plateau figurant les grandes périodes de l’histoire du vitrail, chacun projette au mur l’œuvre de son choix– d’abord dans son intégrité « monumentale », puis dans le détail. La chapelle basse abrite également un espace de projection de films documentaires –principalement des témoignages sur la création contemporaine qui donnent chair au travail du peintre verrier. L’Espace découverte, enfin, propose des jeux et des ateliers pour petits et grands (fusing, processus de création…). Horaires : D'avril à octobre: ouverture du mardi au dimanche de 9 h 30 à 19 h. De novembre à mars: ouverture du mardi au dimanche* de 9 h 30 à 18 h. Fermée certains jours fériés Entrée libre
2 Musée d'Art Moderne - Palais Episcopal (XVIe s. - XVIIe s.)
Le Musée d’Art moderne est né de la donation faite à l’État en 1976 par Pierre et Denise Lévy, industriels troyens et grands amateurs d’art. L’ancien palais épiscopal qui l’abrite est un bel ensemble architectural des XVIe et XVIIe s. dont l'existence est attestée dès le XIIe s. Sa restauration en 1982 qui en restitue l’aspect originel a permis de mettre au jour d’intéressants vestiges médiévaux, dont une baie romane du XIIe s. à chapiteaux polychromes (palier du 1er étage). La collection du musée évoque de grands moments de l’art en France de la fin du XIXe s. jusqu’aux années 1960. Les Daumier, Courbet, Seurat, Gauguin, Vuillard ou Bonnard introduisent à la modernité. Les Fauves (Braque, Derain, Vlaminck ou Friesz) y tiennent une place privilégiée, ainsi que les oeuvres de l’École de Paris (Soutine, Modigliani) ou d’artistes trop méconnus de l’entre-deux-guerres, comme Dufresne, Mare, de La Patellière ou Dunoyer de Segonzac. D’autres noms essentiels de la période moderne complètent ce fonds exceptionnel : Rouault, Dufy, Delaunay, Gris, Metzinger, Marquet, Matisse, de Staël, Balthus. Le musée se distingue par la plus grande collection publique d’œuvres de Derain, de La Fresnaye et de Marinot. La sculpture est bien représentée avec Degas, Maillol, Czaky, Zadkine, Gonzalez, Despiau ou Derain, sans oublier Picasso et son célèbre Fou (1905). A souligner aussi les verreries Art déco de Marinot, un des plus grands verriers français du XXe s., artiste d’origine troyenne et ami des donateurs. Une collection d’arts premiers, dont certaines pièces ont appartenu à des artistes comme Derain ou à de grands marchands, apporte un éclairage, voulu par Pierre et Denise Lévy, sur les relations entre l’art moderne et les arts africains et océaniens. Horaires : Avril à Octobre du mardi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h (fermé le lundi et certains jours fériés). Novembre à Mars du mardi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 17h (fermé le lundi et certains jours fériés)
3 Musée Saint Loup
Saint Loup (383-478), évêque de Troyes, sauve la ville menacée de pillage par les hordes d’Attila, roi des Huns, en 451. L’ancienne abbaye édifiée en son honneur, détruite vers 887 par les invasions normandes, est reconstruite à son emplacement actuel aux XVIIe et XVIIIe s., puis transformée aux XIXe et XXe s. Le musée Saint-Loup est de type « encyclopédique » et abrite des collections très variées : beaux-arts (peinture, sculpture, arts décoratifs), archéologie et histoire naturelle. Beaux Arts : Des chefs-d’œuvre de la peinture française du XIVe au XIXe s. (Champaigne, Létin, Tassel, Mignard, Natoire, Watteau ou Greuze) y côtoient ceux de la peinture européenne (Spranger, Vasari, Rubens ou Bellotto). Dans le domaine de la sculpture, on peut y admirer des pièces médiévales rares provenant de la cathédrale ainsi que d’églises de Troyes et des environs. Les grands maîtres d’origine troyenne du XVIIe au XIXe s. sont également représentés : Girardon, sculpteur de Louis XIV, Simart ou Dubois, dont le musée conserve les fonds d’ateliers. Trois sculptures en bronze, d’après les originaux du musée, peuvent être admirées sur la place Saint-Nizier, toute proche. Archéologie : En archéologie, les antiquités égyptiennes voisinent avec les pièces régionales : le Trésor de Pouan du Ve s. (ensemble prestigieux d’armes et bijoux en or et grenat), l’Apollon de Vaupoisson (un des plus beaux bronzes gallo-romains découverts en France), le trésor monétaire de la villa gallo-romaine de Chaillouet... Histoire Naturelle : Le muséum d’histoire naturelle présente des fossiles, une riche collection de météorites, de rares ensembles d’animaux naturalisés, mammifères terrestres et oiseaux de l'Aube et du monde avec de nombreux éléments sur leur environnement naturel, très appréciés par les jeunes visiteurs. Horaires : Avril à Octobre : du mercredi au lundi de 10h à 13h et 14h à 18h.(fermé le mardi et certains jours fériés). Novembre à Mars : du mercredi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 17h.(fermé le mardi et certains jours fériés)
4 Apothicairerie de l'Hotel-Dieu-le-Comte (XVIIIe)
Au sein de l’hôtel-Dieu-le-Comte, la pharmacie, ou apothicairerie, est créée lors de la reconstruction de L'édifice au début du XVIIIe s. Elle demeure dans son état initial, avec ses boiseries en chêne, d'époque Louis XIV, ses rayonnages chargés de faïences pharmaceutiques, de boîtes médicinales, de verreries et d’instruments divers. Cette apothicairerie est considérée comme l’une des plus belles de France. Ses nombreuses étagères sont garnies de rares piluliers et albarelli du XVIe s. , de pots-canons et de chevrettes en faïence de Nevers, qui contenaient autrefois les onguents, pilules et autres remèdes. Sa grande originalité est la présence d’une exceptionnelle collection de boîtes médicinales en bois peint, classée Monument historique en 1958. Chaque boîte est ornée d’une illustration du produit contenu (d’origine végétale, minérale ou animale) encadrée d’un cartouche décoratif. Elles sont tirées d’un ouvrage de la fin du XVIIe s, et donnent un aperçu de l’histoire de la pharmacie et de la médecine à cette époque charnière entre les pratiques de l’Antiquité et du Moyen Âge, et celles du Siècle des Lumières. La pharmacie-musée abrite aussi une importante collection de mortiers en bronze et de nombreux objets en étain, dont une grande fontaine à thériaque, une préparation longtemps considérée comme la panacée. Dans l’ancien laboratoire est présentée une collection de faïences anciennes donnée par Jean-Marie Denis et regroupant des pièces issues des grands centres européens (Italie, Espagne, Hollande), ainsi que des objets religieux (bustes-reliquaires) jadis dans l'ancienne chapelle. Horaires : Avril à Octobre : du mardi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h (fermé les lundis et mardis et certains jours fériés). Novembre à Mars : du mardi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 17h (fermé les lundis et mardis et certains jours fériés).
5 Espace culturel Marguerite Bourgeoys
Marguerite Bourgeoys, une jeune femme troyenne, quitte tout, sa ville, son pays, sa famille, ses attaches et part pour Ville-Marie, en Nouvelle France (Canada), en 1653. Première institutrice de Ville-Marie - qui va devenir Montréal, apôtre de l'évangile et de la langue française, pionnière des oeuvres sociales, fondatrice de la congrégation de Notre Dame, M. Bourgeoys est appelée la Mère de la Colonie par tous. Le Centre Culturel M. Bourgeoys de Troyes, par des gravures, des objets et des photos de sites, retrace la vie missionnaire et l'oeuvre apostolique de cette illustre troyenne, particulièrement avant son départ pour le Canada. Elle est canonisée par Jean Paul II le 31 octobre 1982. Horaires : Du mardi au samedi de 10h à 18h et le dimanche de 14h à 18h En juillet et août: du mardi au samedi de 14h à 18h Entrée libre.
6 Musée de la Bonneterie et de l' Art Champenois
L’hôtel de Vauluisant est l’un des rares édifices en pierre de la ville de Troyes du milieu du XVIe s. Il tire son nom d’une maison refuge qui se dressait à son emplacement et qui appartenait à l’abbaye cistercienne de Vauluisant, dans l'’Yonne. Il présente une riche façade typique de l’architecture Renaissance, avec son décor de frontons, cartouches, angelots, guirlandes. Agrandi aux XVIIe et XVIIIe s., le pavillon est encadré de deux tourelles, dont l’une abrite un escalier à vis. Les toits coniques sont ornés d’élégants épis de faîtage et surmontés d’un soleil et d’une lune. Acheté par la Ville en 1932 pour y créer un musée des Arts décoratifs, il en abrite actuellement deux : le musée d’Art Champenois et le musée de la Bonneterie. Musée d’Art Champenois : Au début du XVIe s., Troyes est le berceau d’une exceptionnelle école de peinture, sculpture et vitrail. Des dizaines de chefs-d’œuvre sont visibles dans les nombreuses églises de la ville et de la Champagne méridionale. Le musée en présente des exemples remarquables, notamment en sculpture : la Vierge de Villenauxe, le Christ de Pitié ; en peinture : la Vierge au manteau rouge et en vitrail : les panneaux de l’hôtel de l’Arquebuse par le maître Linard Gontier. Musée de la Bonneterie : Inauguré en 1948, il retrace le passé d’une industrie textile florissante et souligne le rôle économique et social très important que ce secteur a joué à Troyes. Les collections se composent de machines et métiers à tricoter dont les plus anciens datent du XVIIIe s. , de nombreux articles en maille (bonnets, bas de soie brodés ou perlés…) et d’une abondante iconographie. Une reconstitution d’un atelier artisanal du XIXe s. et un film retracent le quotidien des ouvriers, la rapidité des évolutions technologiques et la créativité des inventeurs aubois. Horaires : Avril à Octobre : Du mercredi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h (fermé les lundis et mardis et certains jours fériés). Novembre à Mars : Du mercredi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 17h (fermé les lundis et mardis et certains jours fériés).
7 Maison de l'Outil et de la Pensée Ouvrière
Après l’incendie de 1524, Jean Mauroy, contrôleur des aides et tailles du Royaume, fait reconstruire l’ancien hôtel de l’Aigle et l’occupe avec sa femme Loyse de Pleurre. Il prend alors le nom d’hôtel de Mauroy. A leur mort, ils lèguent leurs biens pour fonder un orphelinat (1582) dirigé par les Frères de la Trinité, à la condition suivante : que les orphelins puissent y apprendre un métier. En 1746, l’hospice reçoit les premiers métiers à tisser mécaniques et devient la plus grande manufacture de métiers à bas de la ville. C’est véritablement le berceau de la bonneterie troyenne. En 1789, il devient une caserne, puis une filature et sera le premier Monument historique classé du département de l’Aube. De 1920 à 1962, il abrite une imprimerie, puis est racheté par la Ville de Troyes en 1966 et confié pour restauration à l’Association ouvrière des Compagnons du Devoir du Tour de France. Dès cette époque, y sont conservées les collections d’outils, livres et de témoignages cédés par le Révérend Paul Feller, jésuite, pédagogue rénovateur des méthodes d’apprentissage (1913-1979). Inaugurée en 1974, la Maison de l’Outil et de la Pensée ouvrière, nommée selon les vœux de P. Feller, expose dans ce superbe écrin de l’hôtel de Mauroy une incroyable collection de plus de 10 000 objets et outils utilisés dans les métiers traditionnels. Le musée présente leur usage et leur symbolique, merveilles de pierre, bois, fer, verre, conçues et façonnées par des créateurs et des artisans de grand savoir. L’ambition du musée est de contribuer au dialogue entre l’homme et la matière, entre manuels et non-manuels, entre la pensée et l’outil. Usés, gravés, personnalisés, transformés, ces outils restent animés à jamais du souvenir de leurs compagnons ouvriers. C’est une ode au travail manuel et à la création. Le Centre de ressources compte plus de 33 000 livres et magazines d’une précieuse littérature ouvrière et technique. Horaires : . De début octobre à fin mars : ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h00 à 18h00 (fermé les 25 décembre, 1er janvier). . De début avril à fin septembre : ouvert tous les jours de 10H00 à 18H00.
24 mètres de dénivelé
  • Altitude de départ : 107 m
  • Altitude d'arrivée : 107 m
  • Altitude maximum : 118 m
  • Altitude minimum : 106 m
  • Dénivelé total positif : 24 m
  • Dénivelé total négatif : -24 m
  • Dénivelé positif maximum : 6 m
  • Dénivelé négatif maximum : -6 m
Déposer un avis

Écrivez votre avis sur A La Découverte Des Musées :

  • Horrible
  • Mauvais
  • Moyen
  • Très bien
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur A La Découverte Des Musées, soyez le premier à en laisser un !