Commune de 9,3km², comptant environ 1325 habitants, les « Barberotins », elle est à 6,1 km au Nord-Ouest de Troyes. La rocade entourant la ville de Troyes dessert directement Barberey-Saint-Sulpice ainsi que la D21, la D91 et la D690 conduisant en Ile-de-France. L’aéroport Troyes-Barberey est à moins de 5 minutes du centre de la commune et offre notamment la possibilité de pratiquer l’aviation de loisirs. Elle est également à une dizaine de minutes de la sortie 20 – Torvilliers de l’A5 en provenance de Paris et à 13 minutes de la sortie 22 – Charmont-sous-Barbuise de l’A26 reliant Calais à Troyes.

Barberey-Saint-Sulpice dispose d’une école maternelle et élémentaire. A quelques mètres se trouve le stade permettant au club de football de la commune de s’y entrainer. La zone commerciale de Barberey-Saint-Sulpice est un atout attractif de la ville. Sur la route de Sainte-Maure il est également possible de rejoindre la vélovoie où cycles, rollers, et marcheurs peuvent profiter d’une balade en pleine nature à quelques kilomètres de Troyes. La voie verte donne à voir un monument historique classé en 1980 et témoignant de l’effervescence des constructions métalliques au cours du XIXe siècle. Restauré en 2014, le pont-canal en fonte a été mis en œuvre entre 1847 et 1849 par l’ingénieur Pierre-Olivier Lebasteur.

Le château de Barberey-Saint-Sulpice a lui aussi su faire de la nature son atout en aménageant son parc à partir de 1965, et en étant aujourd’hui labellisé « Jardin Remarquable ». Les actuels propriétaires ont complètement rénové le château et ses jardins. L’édifice de style Louis XIII, où briques et pierres s’alternent, est construit en 1626 pour Jean le Mairat, notable à la tête de la seigneurie de Barberey qu’il tient de son grand-père Louis le Mairat, maire de Troyes dans les années 1580. Le château est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1930 et sa façade et sa toiture sont classées aux monuments historiques depuis 1980.


L’église Saint-Sulpice donne son suffixe à la commune de Barberey. Elle est datée du XVIe siècle, excepté pour sa nef d’origine romane (Xe-XIIe siècle), et elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1925. Saint-Sulpice est notamment remarquable pour sa tribune renaissance où le bois sculpté laisse s’épanouir rinceaux, médaillons dans lesquels résident des personnages de fantaisie, entrecoupés par des colonnes cannelées. Classée monument historique, d’autres pièces du mobilier le sont également comme une armoire en chêne peint et doré datée de la fin du XVIIIe siècle, un buste reliquaire de Saint Sulpice en chêne sculpté, peint et doré, du XVIIe, le monument funéraire de Claude Louis Bruslé, préfet de l’aube décédé en 1825 et une statue en calcaire polychromé de Saint Sébastien du XVIe siècle.

Aux côtés de la mairie, un obélisque sur un piédestal portant un buste de poilu sculpté rend hommage aux morts de la première guerre mondiale. Des plaques sur les côtés commémorent les morts de la guerre de 1870-71, la guerre d’Indochine et la seconde guerre mondiale.