Commune de 38km², comptant 1905 habitants, les « Lusigniens », est située à 19,4 km au Sud-Est de Troyes. Desservie par la D1, la D690 et la D57 et à 9 minutes de la sortie 23 - Thennelières de l’A26 reliant Calais à Troyes et à environ 15 min de la sortie 21 – Saint-Thibault de l’A5 en provenance de Paris.

Pourvue d’une école maternelle, une école primaire et d’un collège, Lusigny-sur-barse dispose également d’une bibliothèque municipale. Des associations sportives proposent de multiples activités comme la danse, la planche à voile, le tir à l’arc, le football, la gymnastique, la chasse, la pêche ou encore l’éducation canine. Des associations de culture et loisirs sont également en place dans la ville et proposent des ateliers d’art plastique, de broderie, de cuisine ou de musique. Elle est membre des communes du Parc naturel régional de la forêt d’Orient et offre un accès direct, en voiture ou en vélo, aux plages du lac d’Orient. Le label villes et villages fleuris lui a décerné trois fleurs.

Il était possible jusque dans les années 1990 de venir à Lusigny-sur-barse en train et de descendre à la gare. Aujourd’hui encore visible dans la Rue de la Gare, elle a également servie de modèle pour une maquette et est encore commercialisée aujourd’hui.

Lusigny-sur-barse est également atypique en ce qu’elle possède une maison au mur percé d’os. La raison de cet étrange phénomène reste inconnue. La légende raconte qu’ils proviendraient des chevaux morts lors de la bataille de 1814 opposant les troupes de Napoléon aux armées autrichiennes et prussiennes voulant se rejoindre. D’autres ont cherché à la rapprocher de coutumes attestées dans d’autres régions où les os étaient utilisés en tant qu’outils, en tant que support de treillage ou encore pour conjurer le mauvais sort. La question se pose toujours, et il est possible de s’arrêter devant ce mur et d’observer cette particularité le long de la route principale, presque à la sortie du village en provenance de Troyes.


A l’Est de Lusigny-sur-barse, c’est une particularité moderne qui est à admirer : l’arche de Klaus RinkeL’eau, créée en 1986, est assurée de sa pérennité par son acier inoxydable et le bois de chêne, rendant hommage au philosophe Gaston Bachelard natif de la région. Auteur de réflexions sur les quatre éléments, L’eau est accompagnée de trois œuvres dispersées entre Mailly-Champagne (la Terre), Langres (l’Air) et Chooz (le Feu).

Un monument aux morts de la première guerre mondiale dresse la sculpture polychrome d’un soldat en uniforme sur son piédestal disposé sur la place Maurice Jacquinot en face de la mairie. Celui rendant hommage aux morts dans une embuscade, le 27 août 1944, lors de la seconde guerre mondiale présente avec sobriété les noms de ces hommes au croisement de la rue de Chantelot et du Bas des Grands Champs.

L’église Saint-Martin datée du XVIe siècle et prolongée de deux travées en 1879 dans le style XVIe, témoigne de l’élancement de la période gothique par l’échelonnage vertical de l’architecture. Les vitraux fin XIXe siècle sont d’une grande finesse d’exécution et présente des coloris chatoyants. Elle conserve un mobilier en partie classé monument historique, notamment quatre châsses en chêne doré de la fin XVIIIe/début XIXe siècle, un groupe sculpté en bois de la fin du XVIe, début XVIIe, présentant l’éducation de la Vierge, et une statue colossale d’une Vierge à l’enfant en calcaire polychromé et doré datée du début du XIVe siècle, haute d’1m85. 

Site internet de la commune