"Lettres à Héloïse"

Époux séparés à leur corps défendant, Héloïse et Abélard échangeront une correspondance passionnée qu’on lit encore de nos jours, près de neuf siècles après sa rédaction.
En mémoire de ces amants infortunés et de leur courrier fleuve, l’office de tourisme du Grand Troyes invite tous les “bien-aimé(e)s” du monde à déposer leurs “Lettres à Héloïse” (ou à Abélard) dans sa boîte aux lettres. Il les diffusera sur son site Internet, et les cinq plus belles d’entre elles se verront récompensées.

Les épistoliers pourront, selon l’humeur et les circonstances, déclarer leur amour, exprimer leur bonheur ou confier leur peine. Mais rien ne les oblige à écrire en latin !

Les 5 lauréats 

Joffrey

Moitié d’orange ou âme sœur
Appeler-le comme vous voulez
Moi je l’ai trouvé.
Cet amour si doux à mon cœur
Qu’il m’offre tant de bonheur.
Chaque jour il a prouvé
Que toujours il serait à mes côtés.
Là dans les moments de joie
Comme dans ceux de désarroi
Sa bonne humeur et sa sagesse
N’ont d’égal que sa grande tendresse.
Il m’offre depuis douze ans
Une vie sans tourments.
A jamais nos deux cœurs resterons scellés
Oh amour de ma vie, Joffrey.

Marie

Andie, Cape Es-(tu) ?

Andie, Cape es-tu ? de me sourire quand tu me croises dans la rue ?
Andie, Cape es-tu ? de me prendre par la main pour parcourir ensemble un bout de chemin ?
Andie Cape es-tu ? D’inonder de baisers mon visage défiguré ?
Andie, Cap es-tu De te blottir tout contre mon corps tordu ?

On pourrait alors commencer ensemble une nouvelle vie. Qu’est-ce t’Handi ?
Je pourrai peut-être même devenir ton mari, Qu’est-ce t’Handi ?
Puis, de notre amour peut-être naîtra-t-il de beaux petits ? Qu’est-ce t’Handi ?

Si, c’est une fille, on l’appellera Andie !
Si notre Amour, pour toi, n’est pas un handicap !!!
Alors, qu’est-ce que t’Handi ? On se capte ?

Flamme

 A l’aube de ton désir
Sur ta peau fraîche que je frôle,
Dans l’ombre de ton regard
Je pose une flamme, une toute petite flamme.

Sur le chemin de nos vies,
Jonché de suaves effluves
Et d’âcres déchirures,
Je pose une flamme, une belle petite flamme.

Dans le secret de ton jardin
Sous la mousse et le jasmin,
Où commence et s’achève la vie
Je pose une flamme, une sacrée petite flamme

D’où surgira notre plaisir
Nourri de nos sensualités,
De tes rêves à mes réalités
Je pose une flamme, une extravagante petite flamme.

Quand la douceur de ton souffle
Fleurira sur mon corps alangui
Les obscures prémices à mon désir
Je pose une flamme, une ardente petite flamme.

Si le Bonheur et l’extase
Embrasent nos deux âmes,
Dans le rayonnement de notre être
Nous poserons la flamme, la grande flamme de l’Amour.

Mon Cœur

Aujourd’hui, je prends ma plus belle plume pour t'écrire, ce que je fais trop rarement.

Voilà donc une bonne occasion, au milieu de nos courses incessantes contre le temps et de nos préoccupations, de te dire que je t'aime et que tu me rends heureux, mots banals, mais qui pour toi ne le sont pas.

Chaque jour que la vie m’apporte depuis que je t'ai rencontrée, je goûte un immense bonheur: celui que tu m’aies fait une place dans ton cœur et ta vie.

En ce jour, je souhaite mettre dans ton cœur le bouquet de fleurs de mon amour pour toi.

Que ce bouquet de sentiments t'enivre de son parfum, qu'il caresse ta peau et qu’il fasse briller tes yeux pour que je puisse encore longtemps me noyer de bonheur dans ton regard et étreindre ton corps si doux.

Je ne trouve plus les mots pour exprimer ce que mon être peux ressentir pour toi. Je me demande seulement s’ils existent. 

Je t'embrasse autant que je t'aime.  

Ton Amour pour la vie.

Une rose de beauté...

Une rose de beauté s’est posée sur ton corps,
En ton sein chaleureux, je m’en souviens encore.
Mes regards sont gênés, ou rêveurs et distraits,
Quel est cet amour, cette joie enchantée ?

Nos corps délivrés de l’étreinte amoureuse
Je voyais mon ivresse sut tes lèvres apaisées,
Et sur les murs blancs nos ombres paresseuses
Dessinées des mirages emprunts de volupté.

Je tuerai, volerai et pêcherai pour toi ;
Je couvrirai ton corps d’une meilleure joie,
Que tous ces amants alors en cachette côtoient
La folie d’une soirée pour ne plus perdre foie.

Ta beauté m’invite à pouvoir t’embrasser
Quel était cette envie dans mon cœur affolé,
D’une mort paisible dans tes bras enlacés
Qu’à jamais je ne puisse oublier mon aimée.