A Troyes, l’esprit chavire et le cœur bat plus fort !

A l’occasion de la Saint-Valentin 2017, l’Office de Tourisme du Grand Troyes relance son fameux concours de « Lettres à Héloïse ». A l’origine, l’amour impossible et épistolaire entre Héloïse et Abélard. Les deux seront séparés jusqu’à leurs décès. Mais pas besoin d’être séparés pour s’écrire un beau poème.

Dans le même style, l’Office de Tourisme vous propose d’écrire un poème à l’être aimé, à la ville de Troyes ou à cette personne, à qui vous pensez en lisant ce message… 

Les premiers messages sont arrivés ! 

 

Ici le cœur bat plus fort

A une heure et demie de Paris et vingt minutes du plus grand ensemble lacustre d’Europe, se dresse une cité Renaissance qui incarne l’art de vivre à la française.

Sa farandole multicolore de maisons à pans de bois tout droit surgies du beau XVIe siècle en font un joyau du patrimoine national.

Cette cité, où l’on prend encore le temps de rêver d’amour et d’eau fraîche, c’est Troyes.

Avec son dédale de rues jouant à cache-cache avec l’histoire, ses quais où l’on se plaît à déambuler, sa myriade d’églises gothiques renfermant la plus belle collection de vitraux de France, Troyes offre aux âmes bien nées un délicat bouquet de sensations.

A Troyes, l’esprit chavire et le cœur bat plus fort !

Le romantisme pour tous

Faut-il encore débattre du sexe des anges ? Qu’ils aient l’un ou l’autre ou aucun des deux, ils demeurent des anges.

A Troyes, le romantisme s’affiche pour tous. Il ne fait aucune distinction entre les préférences et les inclinations de chacun.

L’Amour s’y écrit avec un grand A et se pare de toutes les couleurs de l’arc en ciel. Il a droit de cité dans le cœur de chaque amant.

Terre hospitalière, sans exclusive ni ostracisme pour les apôtres et les dévots de l’amour, Troyes a le sein assez large pour accueillir tous ses enfants.

« Ô mon bien suprême… »

Epoux séparés à leur corps défendant, Héloïse et Abélard échangeront une correspondance passionnée qu’on lit encore de nos jours, près de neuf siècles après sa rédaction.

En mémoire de ces amants infortunés et de leur courrier fleuve, l’office de tourisme de Troyes invite tous les « bien-aimé(e)s » du monde à déposer leurs “Lettres à Héloïse” (ou à Abélard) dans sa boîte aux lettres. Il les diffusera sur son site Internet, et les cinq plus belles d’entre elles se verront récompensées.

Les épistoliers pourront, selon l’humeur et les circonstances, déclarer leur amour, exprimer leur bonheur ou confier leur peine. Mais rien ne les oblige à écrire en latin !

 

Déclaration d’amour à Troyes

Le poète Eustache Deschamps (né vers 1340, mort vers 1406) a écrit quatre rondeaux où il déclare sa flamme à la ville de Troyes. Voici l’un d’eux :

Noble cité, ville très-amoureuse,
Adieu te dy jusques a mon retour.
De Champaigne es contesse vertueuse,
Noble cité, ville très-amoureuse.
Troyes as nom ; a tous es gracieuse,
Bons citoyens, dames de bel atour ;
Noble cité, ville très-amoureuse,
Adieu te dy jusques a mon retour.

(L’orthographe est bien sûr d’origine.)