Que fait-on à Troyes ? On y sonne !

Un culte pas occulte

La voix familière de la cathédrale de Troyes retentit toutes les 60 minutes, de 8 à 22 heures, donnant raison à ce dicton populaire qui a traversé les siècles : Que fait-on à Troyes ? On y sonne!

On ne compte pas une, pas quatre, mais dix églises catholiques à Troyes, soit une pour 5600 habitants. Rapporté à la population, c’est un peu comme si l’on en dénombrait plus de 400 à Paris ! (Il y en a en réalité le tiers.) Et encore, ne sont pas inclus le temple protestant, la synagogue, la mosquée, diverses chapelles et autres lieux de culte. Ni même les églises qui ont disparu ou ont été désaffectées, comme l’étonnante église Saint-Frobert, transformée en logements après la Révolution et qui constitue encore aujourd’hui l’une des curiosités de la ville (rue Saint-Frobert).

Est-on particulièrement pieux à Troyes ? Ce point reste à établir, mais au moins s’y montre-t-on jaloux d’un patrimoine religieux qui recèle de nombreux joyaux comme le jubé de Sainte-Madeleine, la toiture vernissée de Saint-Nizier, le clocher vrillé de Saint-Rémy, la statuaire de Saint-Pantaléon ou l’architecture toute en finesse de la basilique Saint-Urbain.

La restauration des édifices religieux

Chaque année, et depuis des décennies, la Ville investit dans des opérations de restauration de son patrimoine classé, essentiellement religieux. Car les églises sont aussi précieuses que fragiles. D’abord parce que la craie supporte mal l’alternance de sécheresse et d’humidité; et parce que la baisse du niveau des nappes phréatiques a entraîné des désordres au niveau de leurs fondations.

L'art du vitrail ou la "Mémoire du Verre"

C'est l'un des héritages les plus admirables que les artistes du Moyen Age ont légué à la Cité des Comtes de Champagne. Le Vitrail trouve son épanouissement au XIIIe s. Les Peintres-Verriers s'associent étroitement au Compagnonnage des Bâtisseurs de Cathédrales. A Troyes, les artistes les plus réputés fondent une véritable Ecole (XVIe s.).

Le dernier grand artiste connu est Linard Gontier (début XVIIe s.) avant la renaissance des grandes dynasties du XIXe s. La "Mémoire du verre" s'est pérennisée dans notre ville. Tout en bénéficiant d'améliorations techniques considérables : plombs de meilleure qualité, matériel de soudure plus évolué, palette de teintes passée d'une dizaine de coloris à près de 3000, la méthode est restée la même.

Troyes est un véritable laboratoire expérimental "in situ" pour la protection et la restauration des vitraux anciens : à ce titre, certains vitraux de la Cathédrale sont pourvus de systèmes de protection analysés par ordinateur. Le département de l'Aube est le plus riche de France avec 9 000 mètres carrés de verrières, du XIIIe au XIXe s., et Troyes est baptisée par les spécialistes "Ville Sainte du Vitrail".

Bon à savoir

Il est rappelé aux visiteurs que les églises ne sont pas accessibles lors des cultes et cérémonies (mariages, communions, baptêmes, enterrements...).
Nota : ces horaires sont communiqués par l'Office de Tourisme du Grand Troyes, d'après les renseignements obtenus auprès du Diocèse et des services municipaux concernés. Ils sont donnés à titre indicatif, sous toute réserve de modifications, et n'ont en aucun cas une valeur "contractuelle".