Politique, sciences, armée

Paul Chomedey, sieur de Maisonneuve (1612-1676)

Officier français, né dans un petit village près de Troyes, on lui doit la fondation de la ville de Montréal.

Il a combattu dans des guerres européennes avant d'être envoyé par la Société Notre-Dame de Montréal pour prendre possession de leur concession dans le Nouveau Monde (l'Amérique). Choisi pour fonder une colonie sur l'Île de Montréal, il arriva en Nouvelle-France en 1641. En 1642, il travaillera à la construction de la fortification et de divers édifices de Ville-Marie, dont le premier puits de la ville en 1658. Il planta une croix au sommet du Mont Royal en 1643.

Emile Coué (1857-1926)

Psychothérapeute et pharmacien, il exerce à Troyes pendant quelques années avant de partir pour Nancy. Doué d’un sens remarquable du contact, le jeune apothicaire sait rassurer ses clients en joignant aux remèdes qu’il leur vend des paroles encourageantes. Et les malades qu’il persuade aisément, en sachant trouver les mots justes, de l’efficacité des traitements, s’en trouvent mieux. Progressivement il découvre ce que l’on nommera l’effet placébo. « Vous allez voir, ceci vous fera beaucoup de bien… Et ce n’est qu’un début ! » a-t-il coutume de dire. Les témoignages de reconnaissance affluent bientôt. Son optimisme et son enthousiasme communicatif font merveille.

Auteur de la fameuse « méthode Coué », il connut de son vivant une notoriété internationale mais son œuvre et ses recherches tombèrent presque dans l'oubli quelques années après sa mort car on lui reprochait l'aspect sommaire de sa théorie, qui se fonde sur une idée toute simple : notre inconscient détermine notre état physique et mental, et nous pouvons agir sur lui par le biais de l'imagination.

Charles Baltet (1830-1908)

Cet horticulteur-pépiniériste est célèbre dans le monde entier. Il a créé plus d’une centaine de variétés de fruits (pommes, poires), et amélioré la culture de la vigne. Son art de la greffe fait encore autorité chez les arboriculteurs. Quelques ceps de vigne ayant été emportés en cadeau par un groupe d’étudiants japonais dont il avait la charge, on trouve désormais ses vignes au pied du mont Fuji Yama. Certaines ont été baptisées « Baltaï » en son honneur.

Aujourd'hui ses arrières petits fils, Henri et Eric Dumont, témoins de la treizième génération de pépiniéristes dans cette famille, perpétuent ce savoir-faire ancestral à Troyes.

Edouard Herriot (1872-1957)

Ecrivain, et homme politique né à Troyes, il fut élu Maire de Lyon, puis nommé Président du Conseil. Figure emblématique de la III° République et du parti radical-socialiste, il fut élu à l’Académie française le 5 décembre 1946 Démocratie parlementaire, liberté de la presse et de réunion, liberté syndicale, libéralisme économique, liberté de pensée et laïcité, sont autant de crédos qu’il défendit toute sa vie. Dans son « Bloc-notes », François Mauriac fait de lui le portrait suivant : « En vérité, Édouard Herriot était un gros homme charmant. Son charme naissait de ce contraste entre la culture, tous les dons d’une intelligence royale et la ruse, disons la finesse, politicienne ».

Une plaque signale sa maison natale située au numéro 28 de la place Jean Jaurès à Troyes.

Albert Caquot (1881-1976)

Savant et ingénieur, son génie mécanicien et visionnaire s’appliqua aussi bien à la construction aéronautique naissante qu’à la réalisation d’ouvrages en béton armé, avec plus de 300 ponts et barrages dont plusieurs furent des records du monde. De 1905 à 1912, il est ingénieur des Ponts et Chaussées à Troyes. Lors des grandes inondations de la ville en 1910, il prend des mesures immédiates de grande ampleur qui sauveront des vies.Il élabore une méthode de prévision des crues dans la haute vallée de la Seine et fait réaliser des aménagements importants en matière d’égouts pour protéger la ville. (En 2004, le collecteur principal situé sous le Boulevard du 14 juillet est réhabilité ; aucune intervention majeure n’avait été réalisée depuis sa création...). Il réalise également en 1931 la structure interne en béton armé de la statue du Christ rédempteur sur le Corcovado (718 m d’altitude), à Rio-de-Janeiro, Brésil (30m de haut, distance entre les extrémités des mains 28m, poids total 1145 tonnes), et participe à la construction de la plus grande usine marémotrice du monde (la Rance en Bretagne).