Histoire, religion

Saint Loup (395-479)

Issu d’une famille de l’aristocratie gallo-romaine de l’est de la France, Loup devenu évêque, aurait eu pour mission en 429, d’accompagner l’évêque d’Auxerre en Grande-Bretagne pour y combattre l’hérésie, tâche qu’il aurait remplie avec succès grâce à sa remarquable éloquence. Mais son grand succès reste sa victoire sur le redoutable chef des Huns, Attila, qu’il convainquit d’épargner Troyes, en acceptant lui-même d’accompagner le chef des barbares jusqu’au rives du Rhin. Il serait mort en personnalité vénérée au terme d’un épiscopat de 52 ans.

Hastings, pirate normand…troyen (IXe siècle)

Hastings est né dans une humble famille de paysans du diocèse de Troyes. Devenu adulte, il quitte ses racines et devient mercenaire à la solde des Normands. Il ne tarde pas à devenir tristement célèbre, à tel point que dans les années 880, le roi Charles III le Gros lui propose le Comté de Blois en échange d’une trêve. Le larron n’en profite pas longtemps : quelques années plus tard, il revend ses terres afin d’être à nouveau libre de parcourir le vaste monde.

Rachi (1040-1105)

SALOMON BEN ITSHAK, plus connu sous l’acronyme de RACHI, RAbbi CHlomo fils d’Isaac, est né à Troyes en 1040.

Rachi passe ses jeunes années à Troyes, avant de partir pour la Rhénanie durant une dizaine d’années. Là, il fréquente les écoles talmudiques de Mayence puis de Worms. De retour dans sa ville natale, Rachi fonde sa propre école talmudique à l’âge de vingt cinq ans. Rachi meurt à Troyes le 13 juillet 1105, à l’âge de soixante cinq ans.

Rachi continue d’être, encore aujourd’hui, le commentateur de référence de la Torah. Ses œuvres se sont diffusées dès la génération de ses disciples et sont reconnues pour leurs qualités pédagogiques, aussi bien dans les communautés juives que chrétiennes. Son œuvre témoigne également de la vie médiévale, des mœurs et coutumes de l’époque.

En savoir plus...
>>> Site internet

Hugues de Payns, fondateur de l’ordre des Templiers (1070-1136)

Originaire d’un petit village à côté de Troyes, il participe à la première croisade en 1095. Il part définitivement pour la Terre Sainte en 1114, où il fonde avec sept autres compagnons l’ordre des Pauvres chevaliers du Christ destiné à protéger les pèlerins. Le 13 janvier 1128, le Concile de Troyes, réuni à la Cathédrale de Troyes sous la houlette de Bernard de Clairvaux, entérine l’Ordre des Templiers. Le culte de l’Ordre aurait perduré jusqu’au XIIIe s.

Bernard de Clairvaux (1090-1153)

En 1112, il entre à l'abbaye de Cîteaux, fondée par Robert de Molesme. Son abbé, Étienne Harding l’envoie en 1115 à la tête d'un groupe de moines pour fonder une nouvelle maison cistercienne dans la vallée de Langres. Appelée «claire vallée», elle devient ensuite «Clairvaux» dans l’Aube. Bernard est élu abbé de cette nouvelle abbaye, dont les débuts sont difficiles car la discipline imposée est très dure. En 1128, il fait approuver l’Ordre des Templiers lors d’un concile à la cathédrale de Troyes. Saint Bernard fonde 72 monastères, répandus dans toute l'Europe : 35 en France, 14 en Espagne, 10 en Angleterre et en Irlande, 6 en Flandre, 4 en Italie, 4 au Danemark, 2 en Suède, 1 en Hongrie.

En 1151, deux ans avant sa mort, il y a 500 abbayes cisterciennes et Clairvaux compte 700 moines.

Héloïse (1101-1164) et Abélard (1079-1142)

Abélard, 40 ans, enseignant philosophe à Paris, se voit confier par le Chanoine Fulbert, oncle d'Héloïse, l'éducation de la jeune fille âgée de 18 ans. Brillant séducteur, il gagne les faveurs de son élève. Un enfant naît de leur union. Malgré un mariage secret, ils vivent bientôt les affres de la séparation car leur union attise la colère de l'Oncle Fulbert, qui se venge en faisant émasculer le joli coeur. Ce terrible châtiment met fin à leur vie commune et les sépare sans que s'éteigne, surtout chez Héloïse, le feu de leur amour. Abélard, chassé de Paris, mène une vie errante qui l'amène en Champagne. Soumis aux cinglantes imprécations de St Bernard, il vit en ermite dans une vallée sauvage. C'est là, près de Nogent-sur-Seine, qu'il fonde l'Abbaye du Paraclet faisant d'Héloïse la 1ère abbesse. Elle le restera pendant 33 ans, jusqu'à sa mort en 1164. Son corps fut transporté au Paraclet pour rejoindre celui d’Abélard 22 ans après lui. Au gré des constructions, leurs dépouilles passeront de la Crypte, au choeur de l'église, puis depuis 1877, au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Le Pape Urbain IV (1185-1264)

De son vrai nom, Jacques Pantaléon, Il est le fils d’un savetier troyen, dont l’échoppe aurait été située à l’emplacement actuel de la Basilique qu’il fit ériger en sa mémoire et qui porte son nom, place Vernier à Troyes.

Elu pape le 29 août 1261 à l’âge de 76 ans, il est le premier pape français depuis Sylvestre II (le savant Gerbert) et Urbain II. En 1264, année de sa mort, il instaure la Fête de l'Eglise universelle qui deviendra la Fête-Dieu (qui se fête 60 jours après Pâques). Cette fête avait déjà été célébrée à Liège (Belgique) sous le nom de « Saint-Sacrement » en 1246. Ses restes furent ramenés d’Italie (Pérouse) en 1935 dans l’église, et c’est en 1964 que le pape Paul VI l’éleva en basilique mineure, c’est-à-dire en église pontificale, comme Lisieux, Lourdes, Saint-Denis, le Sacré-Cœur de Paris, etc.

Jean de Joinville (1224-1317)

Noble champenois et biographe du roi Saint Louis. Sénéchal de Champagne, homme très pieux, en 1241, il accompagne son seigneur, Thibaud IV de Champagne, à la cour du roi de France, Louis IX (futur saint Louis). En 1244, lorsque celui-ci organisa la septième croisade, Joinville décide de se joindre aux chevaliers chrétiens, se met au service du roi et devient son conseiller et son confident. Il mourut à l’âge vénérable de 93 ans !

Marguerite Bourgeoys (1620-1700)

Elle entre dans les ordres à 18 ans, puis part en 1653 en Nouvelle-France (Canada) où elle va fonder en 1658 la Congrégation de Notre-Dame, première école pour les jeunes filles à Ville-Marie (devenue Montréal). Elle fut canonisée Sainte par le Pape Jean-Paul II en 1982, et fut contemporaine du Sieur Chomedey de Maisonneuve qui fonda Ville-Marie.

Le musée « centre culturel Marguerite Bourgeoys » situé rue Clémenceau à Troyes retrace sa vie et son œuvre.

En savoir plus...

Léonie Aviat (1844 -1914)

Léonie Aviat ou sœur Léonie Françoise De Sales Aviat est la fondatrice de la congrégation des Oblates de Saint-François de Sales, avec le Père Louis Brisson. Elle fait ses études à la Visitation de Troyes. Formée à l’école de saint François de Sales, en 1868, la jeune fondatrice de la congrégation de spiritualité salésienne devient religieuse et reçoit le nom de sœur Françoise de Sales. Elle meurt à Pérouse en Italie (comme le pape troyen Urbain IV), le 10 janvier 1914. Béatifiée en 1992, le pape Jean-Paul II la canonise le 25 novembre 2001.