Les Foires de Champagne

Les Foires de Champagne et le Quartier Saint-Jean-au-Marché

C'est dans le tissu urbain principalement que l'on retrouve le souvenir de l'époque des grandes Foires de Champagne, qui se tenaient dans la ville de Troyes à la Saint Jean (9/15 juillet) et à la Saint Remi (1er ou 2 novembre). Rues enchevêtrées, placettes ou cours fermées donnent une idée de la cité à cette période.

Certains noms de rues qui n'ont pas changé depuis le moyen âge seraient même tout à fait familiers aux marchands d'alors comme : "la rue de la Montée des Changes", "la rue Champeaux", "la rue de la Pierre", ou encore "la rue des Anciennes Tanneries". De même, les marchands reconnaîtraient sans nul doute la silhouette des maisons troyennes reconstruites au XVIe s. à l'identique avec leur toit en encorbellement, leurs fenêtres à meneaux sans oublier les pans de bois et le torchis ; matériaux couramment utilisés dans l'architecture moyenâgeuse champenoise.

A souligner encore que la plupart de ces maisons ont gardé leurs celliers, leurs caves voûtées, dont certaines, à double étage, étaient probablement utilisées comme entrepôts par les marchands et par les drapiers.

Des XIIe et XIIIe s., retenons aussi des éléments de l'architecture sacrée, élan de la foi de ces hommes et de nombreuses donations de marchands prospères. Au coeur du quartier des Foires, la nef de l'église saint Jean au Marché, la tour de l'église de Saint Rémy ou encore une grande partie de l'église Sainte Madeleine, la basilique Saint Urbain (1262-1286) et ses vitraux marquent toute cette période. La Cathédrale, née avant la fin du XIIe s., voit son chantier progresser le siècle suivant. Certaines des ses verrières sont de cette époque sans parler de son trésor qui réunit en particulier une belle collection d'émaux Limousins et Mosans, des XIIe et XIIIe s.

Si le Troyes des Grandes Foires est un formidable lieu d'échanges commerciaux, c'est aussi un point de rencontre où se confrontent les idées et les hommes. Cette effervescence intellectuelle, nous pouvons la mesurer en partie au travers de l'écrit, du fonds ancien de la bibliothèque de Troyes. Celle-ci conserve en particulier la bibliothèque du Comte Henri 1er le Libéral et de sa femme Marie de Champagne, première bibliothèque princière française connue depuis Charlemagne...

Au Moyen-âge, les Comtes de Champagne favorisent la prospérité des échanges commerciaux : ils instituent le "conduit des foires" et la police des marchés, qui assurent à la fois la sécurité des voyageurs, des commerçants, et la loyauté des opérations effectuées. Six grandes Foires s'étalent sur une année entière : 2 à Provins, 1 à Lagny, 1 à Bar-sur-Aube, et 2 très importantes à Troyes (Foire Chaude de la Saint Jean, et Foire Froide de la Saint Rémy).

Changeurs et banquiers jouent un rôle important, car seule la monnaie des Comtes et du roi était admise. Les Comtes protègent en outre la communauté juive, d'où est issu Rachi. L'église St Jean au Marché était le centre du quartier des Foires. Certaines rues portent encore des noms évocateurs : rue de la Montée des Changes, place du Marché au Pain. Ces Foires étaient le rendez-vous de tout l'Occident : on y trouvait laines flamandes, anglaises, espagnoles, soieries, cuirs, fourrures, épices, bois précieux, orfèvrerie.

C'est à cette époque qu'apparaît la "Livre Troy", un système de mesure pour l'orfèvrerie et la joaillerie, utilisé encore aujourd'hui en Grande Bretagne